Description technique

Quand on écoute les transferts de 78 tours disponibles aujourd’hui sur CD, on ne peut imaginer la qualité et la richesse sonore présentes dans ces disques originaux. Avec l’utilisation de filtres, sans doute par choix esthétique d’éliminer tous les bruits de fond inhérents au pressage et au mode d’enregistrement, les nuances harmoniques et la dynamique sonore ont malheureusement été perdues.

Dans nos transferts, aucun filtre n’est employé dans le but de réduire ou d’atténuer le bruit de grattement de l'aiguille, caractéristique de la gravure sur cire et du pressage de l'époque.

Les harmoniques des instruments et les hautes fréquences qui recréent l'acoustique du lieu se situent exactement dans ce registre, et le fait de réduire ou d’altérer de quelque manière ce «bruit de fond» détruit la présence et la chaleur de l’interprétation. Quand toutes les fréquences sont préservées, le résultat est d'une musicalité, d'une profondeur, bref  d'une vérité sidérante. On met enfin en valeur le génie instrumental et interprétatif des musiciens de l'époque.

La  lecture d’un 78 tours exige de tenir compte de paramètres essentiels, qui diffèrent radicalement de ceux d’un microsillon. Ce n’est qu’une fois que l’on a réussi à déterminer la vitesse de rotation exacte, l’aiguille appropriée pour le sillon et la courbe sonore idéale qu’une richesse musicale insoupçonnée nous est enfin révélée.

Caractéristiques des transferts St-Laurent Studio

- Restauration

Une fois le son extrait, on enlève les "clics" et les "tocs" les plus audibles un à un, sans utiliser de «décliqueur»  informatique ou électronique.

- Vitesse exacte

Celle-ci n'étant pas standardisée à l’époque, elle pouvait varier de 72 à plus de 80 tours par minute : on doit la déterminer pour chacune des faces du disque afin de trouver la tonalité exacte de la pièce et l’intonation appropriée aux instruments et à la voix.

- Recentrage du disque

Les disques 78 tours sont rarement parfaitement centrés, empêchant ainsi une stabilité de lecture idéale. Le recentrage d’un disque est un travail primordial, d’une grande minutie,  qui permet d’atteindre une stabilité incomparable et éviter toute fluctuation d'intonation (pitch wobble).

- Choix de l'aiguille

On doit trouver l’aiguille idéale pour chacun des disques selon le pressage, l’étiquette et la condition de la copie utilisée pour optimiser au maximum la lecture du sillon (présence sonore et musicalité)

- Nettoyage en profondeur

 Chacune des faces du disque est lavée avec une machine spécialement adaptée utilisant une solution et une brosse aspiratrice pour déloger toute poussière ou saleté accumulée avec le temps.

- Courbes sonores

La courbe RIAA n’ayant été standardisée que durant les années cinquante, chacune des compagnies utilisait ses propres paramètres d’enregistrement (Turnover et Rolloff). Il est donc primordial de retrouver les courbes adaptées à chaque époque et à chaque étiquette pour bien révéler les richesses présentes dans chacun des enregistrements.